jeudi, mars 22, 2007

Eugene Boudin 1824-1898 "un grand peintre de marines ".

Boudin n'est pas un peintre officiel de la marine  ,pour une raison que nous ignorons,pourtant il devrait l' être mille fois!
Eugène BOUDIN  huile sur panneau de 23x25cm  navire américain estimé 35.000 euros






Ajouter une légende

E Louis BOUDIN "Le Havre l'avant port à marée haute 1894"huile sur panneau signée 37x64 cm estimation:200.000 euros
Eugène BOUDIN huile sur toile "les lamaneurs en pleine mer" 91x130cm signé datée 87
estimée 300.000euros

Cette huile sur toile de Boudin a été vendu en 2009 123.000 euros.....
Cette aquarelle de 11x22cm signée est estimée 6.000 euros
huile sur panneau d'acajou de 24x18cm signée datée 1873 est estimée 20.000 euros
boudin huile sur toile de 41x55cm vendue 74.000 euros le 31 octobre 2008.
Les expositions d'oeuvres d'Eugène Boudin son tres nombreuses comme celle de Limoges (1989).
TROUVILLE. huile sur toile de 40x55cm estimée 80.000 euros le 30 mars 2008
Boudin Eugène (1824_1898)Il n'est pas peintre officiel de la marine mais c'est un grand peintre de marine huile sur toile signée "La Touque par marée basse".signée 46x65cm prix: 50.000 eu
remarque:
En 1898. il séjourne à Paris et demandera qu'on le ramène à Deauville
" pour mourir face à la mer ".
huile sur panneau "pêcheuse sur le rivage "vers 1880 signée 13x16cm 30.000 euros.
Cette estampe eau-forte de Boudin de 11x16cm est estimée 700 euros



boudin eugène




"baie de Douarnenez "  huile      sur     toile estimée 40.000 euros 





Eugene Boudin n'est pas un peintre officiel de la marine,mais son oeuvre peintre des côtes Normandes et bretonnes est extrémement importante. Ce crayon noir de 11x15cm est estimé 600 euros. ce qui n'est pas cher si on compare avec le prix de l'estampe au-dessus cela prouve s'il le faut 
la difficulté des estimations
















BOUDIN huile sur toile " Trouville les jetées  " 35.000 euros























                                              Quelques dessins de BOUDIN

















Huile sur toile  "Trouville 1895" de 26x21cm  estimée  30.000 euros

Huile sur toile  "Trouville 1895" de 26x21cm  estimée  30.000 euros




















178.500 euros

20.000  euros






Eugène-Louis Boudin est un peintre français, né à Honfleur (Calvados) le , mort à Deauville (Calvados) le . Il fut l'un des premiers peintres français à saisir les paysages à l'extérieur d'un atelier. Grand peintre de marines, il est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme.

Eugène Boudin est né à Honfleur, en Normandie, fils de Léonard-Sébastien Boudin (1790-1863) et de son épouse Marie-Félicité Buffet (1793-1871) qui lui donnent en 1821 une sœur, prénommée Rose Désirée et en 1827 un frère prénommé Louis. Son père était marin sur les bateaux assurant la liaison Le Havre-Hambourg et sa mère était femme de chambre sur ces bateaux
En 1835, sa famille déménage au Havre. À dix ans, il travaille comme mousse sur un bateau à vapeur assurant la liaison entre Le Havre et Honfleur. Par la suite, son père l'établit comme commis chez l'imprimeur Joseph Morlent, puis chez le papetier Alphonse Lemasle. Il commence à travailler l'année suivante comme assistant dans une boutique de papetier-encadreur


En 1844, alors âgé de 20 ans, Eugène Boudin fonde avec un associé sa propre boutique de papetier-encadreur où il expose les œuvres des artistes de passage. Dans le cadre de son travail, il entre ainsi en contact avec des peintres des environs associés à l'école de Barbizon, notamment Constant Troyon, Eugène Isabey, ou des artistes comme Charles Baudelaire. Eugène se met alors à dessiner, puis à 22 ans – encouragé par Jean-François Millet et Thomas Couture – il abandonne le monde du commerce et se lance dans une carrière artistique. Il suit des cours à l'école municipale de dessin du Havre et ne se consacre alors plus qu'à la peinture
En 1851, grâce au soutien du journaliste Alphonse Karr ainsi que de Constantin Troyon et Thomas Couture, il reçoit du conseil municipal du Havre une bourse d'étude de 1 200 francs par an, afin d'aller étudier la peinture à Paris pendant trois ans. C'est ainsi que, le 30 juin 1851, il rejoint la capitale et étudie la peinture au sein de l'atelier d'Eugène Isabey ainsi qu'au Louvre où il s'inscrit comme élève copiste. Eugène Boudin y réalise des copies de peintures de maîtres pour quelques amateurs, ce qui lui permet d'approfondir son apprentissage
Dès 1855, il adopte un rythme de vie particulier passant ses hivers à Paris et ses étés en Normandie à Honfleur, tout en séjournant régulièrement en Bretagne à Douarnenez,Tréboul et ses environs. À Portrieux, il peint les bateaux terre-neuvas et « Un an avant sa mort, il fait un long voyage entre Le Croisic et la pointe du Raz en passant par Pont-Aven » 
Boudin fait sa première exposition en 1857 à Paris et la même année il parvient à vendre une vingtaine de ses toiles à l'occasion d'une vente aux enchères au Havre.


Au cours de l'année 1859, le peintre – alors âgé de 35 ans – expose sa première toile au Salon à Paris : Un pardon à Saint-Anne-la-Palud. Il se fait remarquer pour ses atmosphères et ses pastels originaux, et reçoit conseils et hommages du poète Charles Baudelaire rencontré la même année alors qu'il est en villégiature chez sa mère. Il se lie également d'amitié avec Gustave Courbetqui, ayant remarqué une peinture de Boudin chez un commerçant parisien, chercha à rencontrer son auteur. Il rencontre aussi le peintre hollandais Johan Barthold Jongkind et surtout Claude Monet qu'Eugène Boudin initiera à la peinture en plein-air, notamment lors des séjours à la ferme Saint-Siméon à Honfleur où se retrouvent régulièrement de nombreux peintres parisiens et normands
En 1862, alors qu'il est fatigué de réaliser des œuvres de commandes pour vivre difficilement de son art, il assiste à la naissance de la mode des bains de mer et à la création de Deauville. Il a alors l'idée en voyant les estivants de la bourgeoisie et de la noblesse parisienne flaner sur les plages des stations balnéaires normandes de représenter ces mondanités et ces élégantes. Ces scènes de plage ne rencontrent pas le succès du public qui juge ses peintures voyeuristes et bâclées mais attirent l'attention des critiques et des artistes d’avant-garde5.
Le , Eugène Boudin se marie avec Marie-Anne Guédès, née le  à Ruzaden, village de la commune d'Hanvec. En février de la même année, il s'installe à nouveau à Paris mais en septembre revient en Normandie à Trouville, à proximité de Courbet qui est à Deauville et de Monet et Jongkind qui résident à Honfleur. Il fait alors de fréquents séjours en Bretagne, résidant un temps dans le manoir en grande partie déjà ruiné de Kerhoan, dans la commune du Faou. Il profite de ses séjours bretons pour peindre des tableaux de la région comme Le port de Camaret, L'Hôpital-Camfrout, Vue de Douarnenez, l'île Tristan, le matin...
Il rédige aussi en 1867 Notes d'un voyage en Bretagne (1867), texte publié en 1924 par le Mercure de France où il décrit la vie quotidienne dans la région d'Hanvec, Le Faou, Rumengol à cette époque.
Après un court séjour à Bruxelles fin 1870, il poursuit son travail de peintre de marine.

Le tournant impressionniste





En 1874, il participe à la première exposition « impressionniste », qui se tient à Paris dans les studios du photographe Félix Nadar. Par la suite, les expositions impressionnistes se tiendront dans les locaux du marchand d'art Paul Durand-Ruel.
À partir de cette date, il passera pour un des précurseurs de ce mouvement, bien qu'il ne se considérât jamais lui-même comme un grand innovateur. Sa réputation grandissante lui permit d'effectuer de nombreux voyages dans les années 1870. Il visita notamment les Flandres, les Pays-Bas, le sud de la France ainsi que l'Italie, où il découvre différents courants artistiques du xixe siècle.
Il continue d'exposer à Paris et reçoit la médaille de la troisième place du Salon de 1881 avec son œuvre La Meuse, à Rotterdam. En 1886, plusieurs de ses œuvres apparaissent à la grande exposition impressionniste organisée à New York par Durand-Ruel. Il obtient ensuite la médaille d'or lors de l'Exposition universelle de Paris de 1889 avec les deux toiles qu'il expose : Un coucher de soleil et Marine - Les Lamaneurs. La même année, son épouse décède le 24 mars.


Malade, il s'installera en 1892 à Villefranche-sur-Mer, sur la côte d'Azur. La même année, Eugène Boudin est nommé chevalier de la Légion d'honneur par le peintresymboliste Pierre Puvis de Chavannes qui l'avait par ailleurs convaincu de rejoindre lasociété nationale des beaux-arts. Il entreprendra des voyages réguliers à Venisejusqu'en 1895 en quête d'inspirations.
En 1898 – alors qu'il est à Paris et se sent défaillir – il demande à mourir « face à la mer » et se fait transporter à Deauville. Il décède le 8 août au matin dans la villa Breloque au 8, rue Oliffe, et est enterré le 12 août au cimetière Saint-Vincent 
Eugène Boudin est un peintre marin, expert en matière de rendu de tout ce qui est lié à la mer et à ses rivages. Il peint notamment de nombreux tableaux décrivant la vie des pêcheurs sur les ports et les marchés ; ainsi que celle des familles bourgeoises du xixe siècle sur les plages de Normandie. S'il ne rencontre un succès public relatif qu'à l'approche de la soixantaine, son travail de peintre d’avant-garde est reconnu par les critiques et peintres impressionistes dès les années 1870, les collectionneurs (Ivan Tourgueniev, Georges Feydeau, puis les Rothschild ou Cary Grant) se mettant dès lors à acheter ses tableaux de paysage mais c'est surtout à partir de 1929, année qui voit Jeanne Lanvin acheter une de ses toiles, que le succès et la reconnaissance lui sont définitivement assurés
L'importance du ciel et des effets atmosphériques dans ses peintures lui vaut d'être surnommé le « roi des ciels » par le peintre français Camille Corot et le « peintre des beautés météorologiques » par Charles Baudelaire. Ce peintre des paysages attache en effet une grande importance au soleil, aux nuages, au ciel et à leurs effets changeants sur le paysage en mouvement

Au cours de sa vie, il aura peint près de 4 500 tableaux et laissé autant de dessins, pastels et aquarelles. C'est le musée des Beaux-Arts André Malraux du Havre qui possède la plus grande collection de tableaux de Boudin, avec 224 peintures dont de nombreuses esquisses et études, toutes exposées. Une grande partie provient du « legs Boudin », comportant 60 toiles et 180 panneaux, reliquat de la vente aux enchères, le 21 mars 1899, des œuvres retrouvées dans son atelier à sa mort


















dessin   (cachet atelier)








RADE DE BREST  60.000euros














Eugène BOUDIN (1824-1898) Voilier en bord de mer aq et crayon cachet du monogramme bas gauche 12x17.6 4000eur       













   










                    

      


                         








                                                                              



 estimée 40.000euros
estimée 40.000euros   















rade de BREST       

















      

Aucun commentaire: