vendredi, février 25, 2011

samedi, février 19, 2011

Epaves petite vidéo

Archéologie sous marine petite vidéo...
http://www.dailymotion.com/video/xfm2n6_archeologie-sous-marine_creation

Petites vidéos des musées de la marine

PARIS.http://www.ina.fr/video/CPA7905551101/les-tresors-des-musees-de-la-marine-a-paris.fr.html
Musée de NOUMEA. http://www.youtube.com/watch?v=5JR-Ri2d1Zo
Musée de Brest:http://www.youtube.com/watch?v=ieqTejJvt5U&feature=related
Musée de Toulon: http://www.youtube.com/watch?v=j1R2UG5XGe0&feature=related
Musée de CHERBOURG .http://www.youtube.com/watch?v=Qtaj3S_6Xec

Ces petites vidéos pour compléter la page sur " les liens maritimes"

La Pêche quelques vidéos sur le sujet

La mer aux trésor :http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/CPF86656448/la-mer-aux-tresors.fr.html
Le musée du vieux TREPORT
http://www.youtube.com/watch?v=CJV2IMy7EJY

LA CARTE DE PIRI REIS (1513)

http://www.youtube.com/watch?v=HFGpnRAx0DU
cette petite vidéo peut compléter la page
: http://historic-marine-france.com/cartes-marines/informations-cartes.htm

estampes anciennes


gravures anciennes extraites de l'encyclopédie.

buenos-Ayres

buenos- Ayres fin XVIIIém siècle

Charles Bentley peintre anglais

Charles Bentley 1806-1854 " Marine"
Charles Bentley, a painter of coast and river scenery, in water-colours, and engraver, was born in 1806. He was elected an associate of the Water-Colour Society in 1834, and a full member in 1844, and constantly contributed to their annual exhibitions. His subjects are views in France, Holland, and Italy, as well as on the shores of his native country. He died of cholera 4 September 1854.
liens:
http://www.answers.com/topic/charles-bentley

L' Arche de Noé.

Comment imaginer l'arche de Noé? le premier grand transport de l'humanité

naufrage

naufragés huile sur toile à restaurer

mardi, février 15, 2011

Demande de renseignements Messageries maritimes

Dear people of Historic Marine,

we are preparing a biography of an extraordinary lady - Eva Langley-
Danos. She was Hungarian, of Jewish origin. Before her deportation,
she had made a doctorate in Economic Sciences and worked as a
professor in a school for managerial secretaries in Budapest. In
December 1944 she was deported to the concentration camp of
Ravensbrück, north of Berlin. From there, she survived a transport to
the concentration camp of Dachau, where she was liberated by the
American Allies end of April 1945. She was one of the only women to
survive her train of deportation.... Her witness of the story of her
trail during the Second World War was published by us under the title
"Prison on Wheels". At the moment, a French translation of this
document is in preparation.

Eva Danos migrated from Paris to Australia at the end of 1949. Then,
according to the data we have from interviews with her, she worked for
Messageries Maritimes in Sydney, Australia. Her boss was a certain
Monsieur Petit. He was responsible for the South Pacific, that is to
say for the ships of Messageries Maritimes sailing this route. Once
per year, she had to accompany her boss on a lengthy trip in which he
visited all the ports in the South Pacific.

If you have any information about boats, routes, responsible persons
for the Australian office in Sydney, we would be very grateful for
your help.

We do not assume that you have any documents about Mrs. Eva Danos
(later Eva Langley-Danos), but perhaps you can tell us something about
the situation of Messageries Maritimes in the period of 1950 - 1956
operating out of Sydney and the people who were involved in it on an
administrative level? Do you have any documents about a Mr. Petit?
Everything you can tell us will be highly welcomed.

Thanks a lot, and many kind regards

Elena Hinshaw-Fischli
Editor
Daimon Publications
Hauptstr. 85
CH-8840 Einsiedeln
Switzerland

dimanche, février 13, 2011

Vente USA


POSTERS, SHIP MODELS, SERVICEWARE AMONG SOUGHT-AFTER ARTIFACTS IN SWANN GALLERIES’ FEBRUARY 3 AUCTION OF OCEAN LINER AND TRANSPORTATION MEMORABILIANew York—Collectors competed for a large assortment of Ocean Liner and Transportation Memorabilia at Swann Galleries on February 3. There was material related to most of the major steamship lines in this latest sale of ocean liner ephemera at Swann.Gary Garland, Swann’s Ocean Liner Specialist, said, “There was strong interest in this sale, with many buyers looking to build their ocean-liner collections and designers seeking decorative material. We are pleased to organize auctions of this subject whenever top quality collections are consigned.”Decorative only begins to describe the sale’s top lot, A.M. Cassandre’s celebrated Art Deco poster, Normandie, in the only known variant without an overprint for a special event or advertising “service regulier,” Paris, circa 1938, which sold for $16,800*.Other poster highlights included Cassiers, Red Star Line. Antwerpen = Amerika, color two-sheet poster, Brussels, 1910s – early 20s, $2,400; Walter Thomas’s Cunard. New Steamers (20,000 Tons) Boston to Europe, color poster, London, circa 1925, $4,800, and “Queen Mary” “Queen Elizabeth” Fastest Ocean Service in the World, England, 1947, $2,640; Adolph Treidler’s Champlain, United States, January 1939, $2,880; and Con le “Andrea Doria”…, by an unknown artist, Genoa, 1952, $2,220.A scrapbook kept by Commodore Harry Manning with materials related to the blue ribbon-winning maiden voyage of the “United States” in 1952 exceeded expectations to bring $6,000.Also drawing a lot of attention was a collection of 75 souvenir spoons, jelly spreaders and tea strainers, mostly representing Cunard liners, but with some White Star liners as well, which sold for $6,960.Serviceware used aboard various ships and aircraft included a Pan American Airways silver serving tray by International Silver, 1946, $4,560; four acid-etched cordial glasses for first-class service on the Italian Line’s “Augustus,” circa 1927, $1,920; and several Bavarian china pieces made by Heinrich & Co. for use on zeppelins, among them a chocolate cup and saucer stamped Graf Zeppelin, 1928, $1,800; a demi-tasse cup and saucer for use on the Hindenburg, 1935, $2,160; and a group of three plates marked with the DZR zeppelins logo, circa 1935 , $1,680.Select ship models included a large full-hull metal model of the “Lusitania” by Marklin, $2,640, and full-hull model of the “Titanic” by Bing, $1,560.Also related to the Titanic was a real photo postcard taken in advance of the maiden voyage, $660, and a postcard with an interior view of the ship’s main salon, $960.An illustrated catalogue with complete prices realized is available for $35 from Swann Galleries, 104 East 25 Street, New York, NY 10010, and may be viewed online at www.swanngalleries.com. Swann welcomes consignments of top quality ocean liner collections. For further information, please contact Gary Garland at (212) 254-4710 ext. 17, or via e-mail at ggarland@swanngalleries.com.*All prices include buyer’s premium.# # #CATALOGUES & DIGITAL IMAGES AVAILABLE ON REQUEST
Rebecca Weiss Media Relations Swann Galleries 104 East 25th Street New York, NY 10010
212-254-4710, ext. 23 rebeccaw@swanngalleries.com See our blog:http://blog.swanngalleries.com/

mercredi, février 09, 2011

vente de toiles de VERNET




Tous les ans on peut voir en salle des ventes quelques huile sur toile de joseph VERNET proposées à la vente à un prix tres élevé.

















































 vente de  deux huiles sur cuivre


 "Jeunes filles au bain"  cuivre  signé daté j.vernet 1781  41x49cm  estimé  80.000/120.000 euros
VERNET Claude-Joseph (Avignon 1714-Paris 1789) "Jeunes filles au bain" Cuivre, signé et daté en bas à droite "j.vernet. / 1781". Haut. : 41 cm ; Larg. : 49 cm Au revers, sur le cuivre, inscription en cyrillique retranscrite postérieurement "N° 16 GM (?)", inscription au crayon en cyrillique "Gol 8" et tampon de douane. Provenance : - Commandé en 1780 par l'Abbé Alaume (probablement). - Probablement Collection Prince Mikhaïl Galitzine (d'après les inscriptions au revers). - Collection Léonino ; sa vente, Paris, Galerie Charpentier (Mes Baudoin et Ader), 18 et 19 mars 1937, lot 60, repr. (pendant du lot 61). Bibliographie : Florence Ingersoll-Smouse, Joseph Vernet, peintre de marine. Etude critique et catalogue raisonné, Paris, Etienne Bignou, 1926, Vol. II, p. 33, n° 1062-1063. (probablement) Exposition : L'Art français au XVIIIe siècle, Copenhague, Palais de Charlottenborg, 25 août-6 octobre 1935, n° 246. Né en Avignon en 1714, Joseph Vernet part à Rome à l'âge de vingt ans. Découvrant les oeuvres de Claude Gellée, de Salvator Rosa et d'Andrea Locatelli, il décide de devenir peintre de paysages et entre dans l'atelier d'Adrien Manglard. A partir de 1740 sa réputation de peintre de marines est établie auprès d'une clientèle essentiellement composée de diplomates français en poste en Italie et aussi d'Anglais accomplissant leur Grand Tour (en 1775, l'artiste et critique Gabriel Bouquier écrira : "Les anglais, chaquin (sic) le sait, sont dans l'usage de nous enlever tout ce que nous avons de beau, et la plus grande partie des ouvrages de Mr Vernet décore les cabinets de Londres "). En 1745 il épouse Virginia Cecilia Parker, fille d'un capitaine de la marine pontificale et ses talents sont officiellement consacrés en 1746 lorsqu'il est agréé à l'Académie Royale de Paris, ce qui lui permet d'exposer au Salon dès cette année-là. En 1750, la visite de l'atelier de Vernet est devenue incontournable : Abel-François Poisson de Vandières, plus tard marquis de Marigny et directeur des Bâtiments du roi, débutant son Grand Tour, ne manque pas de s'y rendre. Peu après, il rappelle le peintre en France et lui confie en 1753 la plus prestigieuse commande de sa carrière, la célèbre série des Ports de France, qui l'occupera près de vingt ans. De retour à Paris en 1776, après le vaste tour de France qui lui a permis de finaliser cette commande royale, Vernet aborde une période plus sereine : profitant de sa célébrité il s'attache alors essentiellement à la représentation de marines par temps calme, pour une clientèle d'amateurs toujours plus avides de précieux tableaux dits "de cabinet". La résonnance si particulière de celui que nous présentons est due au support choisi. C'est vers 1757 que Vernet découvre le cuivre, introduit en France par les Hollandais mais c'est surtout dans la dernière partie de sa carrière que notre artiste utilise ce support précieux et coûteux. Vernet nous livre ici deux parfaits exemples de ces tableaux de cabinets si prisés des collectionneurs et des amateurs de la fin du XVIIIe siècle. La lumière effleure les contours des rochers et teinte de rose le ciel et les massifs montagneux, tandis que les couleurs vibrantes, dans une harmonie de gris et de verts, sont relevées par quelques touches de bleu et de rouge.                                                                                    








"Orientaux dans une crique soleil couchant" cuivre signé daté J .vernet 1780       39x48 cm  estimé  300.000/350.000 euros
VERNET Claude-Joseph (Avignon 1714-Paris 1789) "Orientaux dans une crique au soleil couchant" Cuivre, signé et daté en bas à droite "j.vernet. / f. 1780". Haut. : 39 cm ; Larg. : 48 cm Au revers, sur le cuivre, inscription en cyrillique retranscrite postérieurement "N° 23 GM (?)", inscription au crayon en cyrillique "Gol 8" et tampon de douane. Provenance : - Commandé en 1780 par l'Abbé Alaume (probablement). - Probablement Collection Prince Mikhaïl Galitzine (d'après les inscriptions au revers). - Collection Léonino; sa vente, Paris, Galerie Charpentier (Mes Baudoin et Ader), 18 et 19 mars 1937, lot 61, repr. (pendant du lot 60). Bibliographie : Florence Ingersoll-Smouse, Joseph Vernet, peintre de marine. Etude critique et catalogue raisonné, Paris, Etienne Bignou, 1926, Vol. II, p. 33, n° 1062-1063. (probablement) Exposition : L'Art français au XVIIIe siècle, Copenhague, Palais de Charlottenborg, 25 août-6 octobre 1935, n° 245 Oeuvre en rapport : Claude-Joseph Vernet, Retour de pêche dans un port méditerranéen, cuivre, 40 x 47,5 cm, vente anonyme, Paris, Hôtel Drouot (Daguerre), 04 novembre 2011, lot n° 31, 630 000 . Né en Avignon en 1714, Joseph Vernet part à Rome à l'âge de vingt ans. Découvrant les oeuvres de Claude Gellée, de Salvator Rosa et d'Andrea Locatelli, il décide de devenir peintre de paysages et entre dans l'atelier d'Adrien Manglard. A partir de 1740 sa réputation de peintre de marines est établie auprès d'une clientèle essentiellement composée de diplomates français en poste en Italie et aussi d'Anglais accomplissant leur Grand Tour (en 1775 l'artiste et critique Gabriel Bouquier écrira : "Les anglais, chaquin (sic) le sait, sont dans l'usage de nous enlever tout ce que nous avons de beau, et la plus grande partie des ouvrages de Mr Vernet décore les cabinets de Londres "). En 1745, il épouse Virginia Cecilia Parker, fille d'un capitaine de la marine pontificale, et ses talents sont officiellement consacrés en 1746 lorsqu'il est agréé à l'Académie Royale de Paris, ce qui lui permet d'exposer au Salon dès cette année-là. En 1750, la visite de l'atelier de Vernet est devenue incontournable: Abel-François Poisson de Vandières, plus tard marquis de Marigny et directeur des Bâtiments du roi, débutant son Grand Tour, ne manque pas de s'y rendre. Peu après, il rappelle le peintre en France et lui confie en 1753 la plus prestigieuse commande de sa carrière, la célèbre série des Ports de France, qui l'occupera près de vingt ans. De retour à Paris en 1776, après le vaste tour de France qui lui a permis de finaliser cette commande royale, Vernet aborde une période plus sereine: profitant de sa célébrité il s'attache alors essentiellement à la représentation de marines par temps calme, pour une clientèle d'amateurs toujours plus avides de précieux tableaux dits " de cabinet ". La résonnance si particulière de celui que nous présentons est due au support choisi. C'est vers 1757 que Vernet découvre le cuivre, introduit en France par les Hollandais mais c'est surtout dans la dernière partie de sa carrière que notre artiste utilise ce support précieux et coûteux. Vernet nous livre ici deux parfaits exemples de ces tableaux de cabinets si prisés des collectionneurs et des amateurs de la fin du XVIIIe siècle. La lumière effleure les contours des rochers et teinte de rose le ciel et les massifs montagneux, tandis que les couleurs vibrantes, dans une harmonie de gris et de verts, sont relevées par quelques touches de bleu et de rouge.